Quand la zone de confort devient notre pire ennemie

Je n’ai pas une définition type de la zone de confort, je me dis que c’est notre train-train quotidien, nos habitudes, nos normes, ces situations qu’on vit tous les jours. On s’y sent bien, le confort est au rendez-vous, on ne prend aucun risque.

Bardwick définit le terme comme « l’état comportemental d’une personne qui choisit de vivre dans une position neutre d’anxiété. »

 

On connaît tous les dénouements possibles, on sait presqu’à quoi s’attendre. Mais voilà, rien de nouveau et d’excitant ne vient jamais de cette zone là. On est comme coincé dans un cycle avec un perpétuel recommencement de déjà-vu.
Voilà pourquoi il est nécessaire de sortir de cette zone de confort.

     1. On ne sait pas ce qu’on rate.

Nous passons clairement à côté de l’essence même de la vie. On ne fait rien pour vivre pleinement mais au contraire plusieurs préfèrnt se cantonner à ce qu’ils connaissent et savent déjà. Comme par exemple être coincé dans une relation ou un travail juste parce qu’on a peur de voir le monde extérieur alors qu’on mérite de vivre tellement mieux.

 

     2. On s’enferme dans son confort.

 

La vie se résume alors à être totalement claustré dans un monde dénué d’expériences et par conséquent d’apprentissage. On traverse des situations semblables qui ne nous apprennent absolument rien de nouveau , on sait déjà comment réagir et on ne fait plus d’erreurs, par conséquent on arrête de grandir.

 

     3. Nos peurs nous emprisonnent.

 

Elles prennent le dessus sur nous et se mêlent totalement à notre quotidien, elles s’intègrent tellement qu’on pense que c’est la « norme ». Et c’est là le danger.

C’est vrai qu’il est difficile de faire un pas hors de sa zone de confort, on a peur, souvent même tétanisé. Mais cette peur n’est rien comparée à l’intensité des regrets qu’on aura plus tard. Lorsqu’on se rendra compte qu’on a passé notre vie à vivre dans un trou, à répéter les mêmes choses.  Se contenter de peu alors qu’on aurait pu avoir tellement plus.

Il faut alors prendre son courage. Le prendre avec sérieux parce qu’il arrive un moment où il faut se bousculer et dire stop à la médiocrité. Oui médiocrité parce que rien de Bien encore moins d’excellent n’en sort.

 

Décidez maintenant de vous extirper de ce cycle infernal.

Commencez par faire de nouvelles choses. Allez vers ce qui vous effraie et vous fait paniquer. Dites-vous que même si vous êtes couverts de honte après avoir essayé, ça ne vous tuera pas mais au contraire vous en ressortirez grandi.  Vous aurez appris quelque chose et je vous assure que la prochaine fois vous ferez mieux ! Osez, tombez, relevez vous, recommencez et apprenez tout le long.

Levez vous maintenant et faites le premier pas, car c’est le plus important et il ouvre la voie à plusieurs autres.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *