5 bonnes raisons de ne pas sortir (totalement) de sa zone de confort

La zone de confort, notre meilleure amie ?

Alors que j’énonçais récemment pourquoi on devrait sortir de notre zone de confort, un ami m’a gentiment proposé de traiter le sujet mais de façon inverse. J’ai d’abord hésité puis accepté, étant moi-même une partisane de la zone de confort. Même si souvent j’essaie de m’en extirper avec un taux de réussite avoisinant les 35,3%.

On peut déjà considérer la zone de confort comme étant la meilleure amie de ceux qui y sont habitués vu qu’ils ne s’en séparent pas. Mais je veux qu’on perçoive le terme « meilleure amie » plus dans le sens « d’alliée ». Alliée ? Comment la considérer comme une alliée alors que nous connaissons tous ses désavantages ? Alors que tout le monde est entrain de lui tourner le dos ? Et si, tout cela n’était qu’un gros malentendu, une idée préconçue ? Et qu’au contraire la zone de confort est celle-là même qui nous permet de mieux atteindre nos objectifs et de s’accomplir nous-mêmes ?

Le plus souvent, c’est aux introvertis qu’on reproche d’avoir une zone de confort.

zone de confort

On leur (nous) reproche de ne pas être sociables, d’être trop calmes, et de ne pas parler assez. Alors que tout le monde a une zone de confort, introverti ou extraverti. Etant une introvertie, je me suis toujours dit que je n’étais pas le problème vu que je ne demandais jamais à ces personnes trop agitées et bruyantes de devenir calmes comme moi. Alors pourquoi voudraient-elles que je sois comme elles ?

Laissez-moi vous dire un truc, nous aussi nous vous trouvons différents de nous. Mais nous ne passons pas tout notre temps à vous le rappeler parce que justement nous comprenons que chaque être humain est différent. On pousse les autres à sortir de leur zone de confort, mais au final ne serait-ce pas pour qu’ils entrent dans la nôtre ? Au final, qui a alors vraiment besoin d’en sortir ? Et si chacun restait dans sa zone ?

5 bonnes raisons de ne pas sortir (totalement) de sa zone de confort

On peut déjà considérer la zone de confort comme étant la meilleure amie de ceux qui y sont habitués vu qu’ils ne s’en séparent pas

zone de confort

  • Dans sa zone de confort, on est concentré, on réfléchit mieux. On gagnerait donc à la conserver et y retourner à chaque fois que l’on veut se ressourcer et se recentrer.
  • C’est un domaine dans lequel on excelle que ce soit une activité ou des talents que l’on possède. Il est donc avantageux d’y retourner de temps en temps. Lorsque l’on se sent inutile ou sans valeur par exemple. Cela dans le but de nous aider à reprendre confiance en nous et de réaliser à quel point nous sommes extraordinaires.
  • Lorsque l’on se ressource et que l’on prend le temps de se perfectionner dans ce que l’on maîtrise déjà, on peut aisément exceller en dehors de cette zone de confort et être meilleur dans d’autres domaines.
  • En voulant faire comme les autres ou céder à la pression on risque de prendre un tout autre chemin. Se dénaturer totalement, s’aliéner même et perdre l’essence de notre véritable être. Alors on tempère, on oscille entre confort et hors confort.
  • Elle est un passage nécessaire. Un ensemble de certitudes qu’on construit et sur lesquelles on s’appuie avant de passer à l’étape suivante de notre vie. Et on sait tous qu’il ne sert absolument à rien de brûler les étapes.

Je termine en disant que le plus important est d’être soi-même. Et d’être totalement en accord avec ce qu’on est ou ce qu’on fait. Peu importe les standards ou normes de la société, et surtout, on ne laisse aucune peur nous empêcher de faire quoi que ce soit.

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *