La nécessité d’aller de l’avant

Pexels

Cela devrait sembler comme une évidence, une question à ne même pas se poser. 

La vie elle-même en est une image. En effet, avez vous déjà vu quelqu’un statique, debout en plein milieu d’une route, ne faisant absolument rien ? Oui, sûrement. Mais je suis sûre que la première chose qui vous viendrait à l’esprit c’est que cette personne est folle. Folie, c’est le terme exact. Pourtant nous faisons tous preuve de folie à un moment ou un autre sans nous en rendre compte. Comme je le disais, aller de l’avant devrait être une évidence, indispensable. Pourtant ce n’est pas le cas.

Jugez en par vous même: il y’a tellement de discours inspirants sur la toile, tellement de livres  motivants, tellement d’orateurs galvanisant, et je suis aussi en train d’écrire ce texte. Loin de moi l’idée de me classer parmi ceux que je viens de citer. Si l’offre de ce côté augmente, c’est malheureusement parce que la demande aussi est en hausse. La société est en manque, elle a tendance à abandonner trop vite, elle ne veut pas continuer le combat, non c’est trop dur.

Oui c’est dur, j’imagine.

Lorsque les tracas de la vie se font sentir, lorsque les épreuves sont notre seules richesses et que les inquiétudes et pleurs sont tout ce qui nous maintiennent en vie, coment aller de l’avant ? Ou trouver cette nécessité d’aller de l’avant ?

Déjà lorsque quelque chose est nécessaire, cela veut dire que c’est vital. Vital pour nous, vital pour nos proches, pour les autres. Et on ne peut vivre sans ce qui est vital. En gros lorsqu’on arrête de se battre ou qu’on cesse d’essayer, on meurt. Je ne parle pas de mort physique, je parle d’une descente aux enfers calme et longue, je parle de dépression, de tritesse quotidienne. Quoique dans les cas les plus extrêmes, la mort peut survenir. Mais je ne suis pas une extrémiste.

Mais je me demande pourquoi quelqu’un prendrait-il le risque de vivre sans quelque chose qui est vital pour lui, de mourir à petit feu ?

Le désespoir peut-être, plus d’espoir ou même le sentiment qu’on a fait tout ce qu’on pouvait. Personne ne se tient debout comme ça sans avancer ou dans le but de ne rien faire. Il faut qu’il y’ait quelque chose qui nous retienne ou qui nous empêche de faire un pas. Il y’a aussi l’ignorance. Savons nous seulement qu’aller de l’avant est indispensable ? Comprenons nous que nous n’avons pas d’autres choix que de continuer et que nous devons continuer ?

Je reviens à mon histoire de perspectives.

Arrêtons de voir le fait d’aller de l’avant comme un exploit surhumain à accomplir ou comme quelque chose qui est seulement réservé à ces hommes là qui ont su se relever après leurs échecs. Et appréhendons le comme une tâche quotidienne, comme une chose dont nous ne pouvons nous passer, comme boire de l’eau par exemple.

Aller de l’avant est vital, ne pas abandonner est vital.

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *