Le langage (soutenu et particulier) des Ivoiriens (2)

Des enfants de la Côte d’Ivoire

Je suis de retour pour la deuxième leçon de ce sujet très palpitant. 

Comme je le disais dans mon précédent billet, ce sujet est assez vaste, ce qui me fait beaucoup hésiter quant aux mots à mettre en avant  et ceux qui sont à laisser de côté. Mais comme on le dit à Abidjan « trop parler donne dagbê » (Le dagbê fait référence aux petites plaies qui apparaissent aux coins des lèvres). Donc, on y va !

Règle 1 : en Côte d’Ivoire, la négation à 50% tu utiliseras.

Je vous explique, l’Ivoirien aime gagner du temps, alors pourquoi en perdrait-il à articuler correctement alors qu’il peut tout simplement omettre des mots ? Mais je pense que les Ivoiriens ne sont pas les seuls à supprimer la négation (qui est le « ne…pas »). Vous entendrez donc souvent et vous verrez aussi à l’écrit :

  • Je veux pas : Je ne veux pas
  • J’ai pas envie : Je n’en ai pas envie
  • J’aime pas : Je n’aime pas
  • J’ai jamais : Je n’ai jamais.
  • Je suis pas parti (e) : Je ne suis pas parti(e)

 

Les ivoiriens sont aussi créatifs avec les pronoms :

  • Le « je » devient « ye » (Ye m’en vais)
  • Le « J’ai » devient « yai » (Yai faim)
  • Le « Tu » devient « ti » (Ti as mangé ?)

 

Règle 2 : En Côte d’Ivoire, les articles, tu n’en raffoleras pas 

Non ce n’est pas un mythe, les articles sont un peu nos ennemis, et on les place souvent à la fin du nom. Étrange non ?

  • Pain là : Le pain
  • Je m’en vais payer pain (oui on utilise rarement le verbe acheter en Ivoirien, on préfère tout payer) : Je pars acheter du pain
  • Donne-moi cuillère : Donne-moi une cuillère
  • Je veux l’argent ( l’argent se prononce « la-ent ») : Je veux de l’argent

Règle 3 : En Côte d’Ivoire, les questions, tu les raccourcieras.

Comme je vous le disais, on a pas temps tchai (on n’a pas de temps) et tchai est une onomatopée ivoirienne qui exprime l’agacement, lol. Peut-être que je ferai un article spécial sur les onomatopées ivoiriennes. Mais bref…

Plus les questions sont courtes et plus tu as une chance de te faire comprendre !

  • Qu’est ce que tu veux que je fasse ? (vous voyez que c’est long…)  : De faire quoi ? (Si simple !)
  • Qu’est ce qu’il y a ? : Y’a quoi ?
  • Qu’est ce qui cloche/ne va pas chez toi : Tu as quel problème ? (Vous entendrez aussi « tu as quoi en coeur« ?)
  • Qui-est-ce ? : C’est qui ?
  • Qu’est ce qui se passe ici : Y’a quel ? ( veut dire « truc, problème, situation »)
  • Tu veux que je parte / te laisse ? : De partir / De te laisser ? (je sais, c’est étrange)
  • D’où est ce que tu viens ? : Tu es quitté où ? (J’avoue que là, même moi ça me dépasse ..)

 

Bonus (parce que je suis gentille)

  • La nourriture couchée : se dit d’un repas qu’on a mangé la veille et qu’on va manger le matin suivant.
  • Un Wôrô-wôrô : Taxis communaux
  • Il chauffe mon coeur : Il m’énerve à un point crucial.
  • Un ropéro : Se dit d’une personne qui suit une autre à cause de son argent ou de ses relations.
  • Viens on va daba : Je t’invite / Viens qu’on mange.
  • Je vais te daba : Je vais te frapper / Te battre.
  • Zailler : Faire n’importe quoi (j’ai zaillé, tu as zaillé, etc..)
  • Braiser quelqu’un (à ne pas confondre avec du poisson braisé) : Critiquer, calomnier cette personne.
  • A l’heure là : A cette heure-ci
  • Un lalé, bingo, bescla : Un téléphone portable.
  • Juskaaaaa (on rajoute les « a » en fonction de la gravité de la situation)  : Jusqu’à ce que.
  • Dès que dès que (lol, on abuse) : Dès que possible
  • Être moisi / Piqué / Galère : Ne pas avoir d’argent
  • Paé : Parce que (Exemple : Je suis sortie paé je devais aller au marché.)

 

Et pour finir, en Côte d’Ivoire, on ne dit plus « merci » mais « Maannnciii » (vous pouvez rajouter autant de « a », de « n » ou de « i » que vous voulez ou écrire « manci » tout simplement ). Donc maanccii à vous d’avoir lu mon article. On s’attrappe après !

 

1 Commentaire

  1. Etre ivoirien(ienne)est vraiment un art y compris dans le langage d’ailleurs.Surtout ne dévoiler pas tous ces codes de l’argot ivoirien qui reste une vraie richesse…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *