Mort sur le Nil d’Agatha Christie

Agatha Christie- Mort sur le Nil

Par où commencer ?

C’est le premier roman de l’auteur que j’ai eu à lire et cette lecture a confirmé la réputation de génie de son auteur. J’ai découvert Agatha Christie très jeune, grâce aux films et aux mini-séries (des adaptations de ses livres) et je suis tombée sous le charme de son esprit. Pourquoi avoir mis autant de temps avant de lire ses chefs-d’oeuvre ? C’est un délit !

Lorsque j’ai décidé de commencer la lecture d’Agatha Christie, j’ai recherché quels pouvaient être ses meilleurs livres. J’ai choisi Mort sur le Nil, à cause du titre. J’ai voulu savoir tout ce qu’il pouvait renfermer. Quand on se plonge dans l’univers d’Agatha Christie pour la première fois, c’est un peu étrange : les premières pages peuvent paraître longues, mais lorsqu’on passe cette étape, tout devient très logique.

 

Ma très chère Agatha aime bien commencer par une description des différents protagonistes de l’intrigue…

Chacun des personnages est dépeint dans son propre environnement. Les descriptions sont tellement bien faites qu’on a l’impression de les connaître : on comprend leur manies, on sait la manière dont ils sont vêtus, on a même l’impression d’entendre leurs voix !

Mais ne nous éloignons pas du sujet et revenons à notre Mort sur le Nil. L’histoire ne commence pas en Egypte mais en Angleterre. On découvre Linette Ridgeway, une jeune et riche héritière (pléonasme lol), belle, blonde, élégante, bref une jeune femme époustouflante (elle a vraiment tout pour elle). Les hommes la remarquent et elle en joue, son apparence et son attitude rendent les femmes jalouses. On apprend qu’elle a acheté le château d’un homme qui connaissait des difficultés financières ; le fils de cet homme est amoureux d’elle et envisage de l’épouser. Tableau déjà riche en informations dont on comprend qu’il pourra créer des situations suspectes…

Tous les personnages sont décrits selon un ordre particulier

Le lecteur peut ainsi en apprendre beaucoup sur chacun et déjà se faire sa propre idée. Dans Mort sur le Nil, on découvre pas moins de quatorze personnages, mais seulement douze continueront l’aventure.

Quelques exemples :

  • Joanna Southwood, qui est décrite comme une fille intéressée et aux moeurs légères.
  • Jacqueline de Belfort, meilleure amie de Linnette (la jeune héritière), brune avec un tempérament assez vif. Elle est très amoureuse de Simon Doyle, son fiancé et ils envisagent de se marier. Elle vient proposer à son amie d’embaucher Simon comme intendant afin qu’ils puissent se faire un peu de sous pour le mariage.
  • Mrs Allerton et son fils Tim qui est le cousin de Mlle Joanna. Ces deux derniers semblent avoir une relation malsaine que la mère n’apprécie guère.
  • Miss Van Schuyler, qui adore les beaux colliers, et sa dame de compagnie Miss Bowers, ainsi qu’une nièce un peu pauvre, Cornélia Robson.
  • Mrs Otterbourne (un peu extravagante) et sa fille Rosalie, une adolescente morose qui est très jalouse à Linette Doyle.
  • L’homme d’affaire de Linette, Andrew Pennington qui se retouve, comme par hasard, en Egypte lorsqu’il apprend que cette dernière s’est mariée.
  • L »avocat de Linette, Wiliam Carmichael, qui décide d’envoyer son associé, Jim Fanthorp, en Egypte, dès qu’il apprend que l’homme d’affaire de Linette se trouve aussi là-bas. Décidément…

Ah, j’ai failli oublier le très célèbre détective Belge, Hercule Poirot !

Et comme par hasard, tout ce beau monde a une envie soudaine d’aller en Egypte !

Notons que Linette s’y rend pour sa lune de miel (oui, entretemps, elle a volé le fiancé de sa meilleure amie Jacqueline et l’a épousé).

Avant même le début de l’enquête

Agatha nous donne une petite tâche : deviner qui va se faire tuer. J’avoue que c’était facile, mais je n’ai pas réussi. Bien entendu, c’est Linette qui meurt. Non je ne vous spoile pas !

La trame se déroule sur un bateau, nous sommes à huit clos. Quelques escales lors du voyage et des ruptures dans la trame du récit permettent des changements de rythme et de lieux. Mais le huit clos, c’est le genre de décor qu’Agatha aime, ça permet tout de suite de limiter le nombre de suspects aux personnages présents sur les lieux et à ne pas s’éparpiller avec un criminel venant de l’extérieur.

Je me suis cependant posée une question : Hercule Poirot faisant partie du voyage, l’assassin décide quand même de commettre son crime… Était-ce impossible de faire machine arrière ? Était-ce une question de vie ou de mort ?

Ce qui est bien avec Agatha Christie

Ce qui est bien avec Agatha Christie c’est qu’on est jamais au bout de nos surprises et que tous les personnages semblent être suspects jusqu’à l’avant-dernière page. Je ne vous parle pas de tous les retournements de situation et des coups de théâtre. Une autre chose que j’ai adoré, c’est que même lorsque tu penses avoir trouvé le coupable, l’auteure arrive à te faire douter ou même  changer d’avis en présentant un alibi à ce présumé coupable. Tout est dans le détail et la finesse. Tous les personnages avaient une raison de vouloir voir morte la richissime Linette Ridgeway, devenue Mme Doyle. Une fois encore, tout est tellement évident…  alors que le lecteur se lance dans de grandes élucubrations qui s’avèrent totalement fausses !

Quant à moi, j’avais vu juste, à 50 %… Je parie que vous ne trouverez pas non plus.

J’ai adoré lire ce livre, il mérite un 8.5/10 (parce que la fin était un peu trop irréelle, trop vite montée).

Je vous recommande ce livre, je vous garantis que vous ne le lâcherez pas tant que vous ne saurez pas qui est l’assasin.

Indice : non je déconne !

 

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *