Réseaux sociaux : avons nous dépassé les limites ?

Les jeunes et les réseaux sociaux

Réseaux sociaux : médias sociaux qui permettent aux utilisateurs de se créer des profils afin de communiquer et de partager des informations.

« Une ado de 14 ans se jette du haut de sa fenêtre et meurt ». La raison : sa copine menaçait de balancer des photos d’elle sur les réseaux sociaux. Le pire est que ces photos en elles-mêmes n’avaient rien de compromettant.

« Un ado au bord du suicide à cause d’un challenge qui fait fureur, le Blue Whale challenge ». N’eut été la vigilance de sa mère, il serait mort. Il a drastiquement perdu du poids et se mutilait à cause de challenges qui lui étaient donnés par un mentor via les réseaux sociaux.

Ce qui se passe est tellement choquant qu’on n’y comprend plus rien. Les réseaux sociaux, véritable couteau à double tranchant. D’une part la communication n’a jamais été aussi rapide, le virtuel n’a jamais été aussi réel. D’autre part les limites sont repoussées et les drames liés à ces plateformes sont de plus en plus fréquents.

2 milliards d’internautes inscrits sur Facebook. 700 millions sur Instagram et 328 millions sur Twitter. Les chiffres sont surréalistes mais pourtant vrais. S’informer et communiquer n’ont jamais été aussi facile.

 

Nous vantons tous les avantages des réseaux sociaux mais les effets secondaires ne sont-ils pas bien au-delà de ce que nous gagnons ?

 

  • La cible : les adolescents

Les jeunes et les réseaux sociaux

Les jeunes et les réseaux sociaux

La principale cible des réseaux sociaux demeure les jeunes, les adolescents. Ils sont ceux-là mêmes à adopter les nouveautés rapidement. Normal qu’ils soient donc les premières victimes. Ils sont actifs et réactifs, aucune information n’échappe aux réseaux sociaux. En une minute tout peut devenir viral.

Les réseaux sociaux ont rendu la célébrité accessible et les jeunes en sont avides de. Parce que si on analyse bien, la plupart des posts, des photos, des tweets sont faits dans le but d’attirer l’attention sur soi, d’avoir des likes ou d’être à la une. Certains mêmes n’hésitent pas à humilier les autres ou à les exposer dans le but d’avoir du buzz. Il n’est pas rare de voir des photos postées par des internautes qui sont ensuite relayées par d’autres avec la plupart du temps un commentaire moqueur ou des insultes.

 

  • La viralité, un problème sans précédent

 

Plongés dans l’univers des réseaux sociaux, le facteur temps n’existe plus. Que ce soit les longues heures qu’on y passe sans s’en rendre compte (ouvrir Facebook, aller sur twitter, jeter un coup d’œil sur Instagram, passer sur Snapchat, revenir sur Facebook, bref vous conaissez le trajet), ou les quelques secondes que prennent un post ou une vidéo pour faire le buzz, tout va extrêmement vite.

Les posts à caractère dramatique, insolite ou encore scandaleux sont les plus aptes à devenir viraux. Avec les options « partager » ou « retweeter », les vues se comptent par millions. Les mêmes informations sont relayées d’un réseau social à un autre, d’un continent à l’autre. En gros le monde entier a accès à la même information à la même seconde.

 

 

  • Les réseaux sociaux et la confidentialité et la sécurité.

 

Le lien est très flou et étroit entre ces trois entités. La dernière nouvelle choc dans le monde du viral était la mise à jour Snapchat. En effet grâce à une carte, nous sommes capables de localiser nos amis, parents, conjoints etc.. Savoir où ils se trouvent exactement en temps réel, avec qui ils sont, et ce qu’ils font. Une intrusion de plus dans notre vie privée. Mais avons-nous toujours une vie privée depuis l’avènement de ces réseaux sociaux ? Une nouvelle qui a choqué et qui a fait couler beaucoup d’encre mais tout le monde semble l’avoir acceptée, le discours a été refermé. Vive l’espionnage ! Alors que c’est grave et même très grave..

Aussi, nous avons Facebook, le leader du marché. Nos données personnelles sont analysées, exploitées et rentabilisées à notre insu de surcroît. Nous pensons juste partager nos émotions, notre quotidien, mais c’est bien plus que ça que nous produisons pour ces entreprises. De plus lorsque nous nous inscrivons sur l’un de ces réseaux sociaux, qui prend la peine de lire les conditions d’utilisation ? Alors que c’est là le nerf du problème. Sur Instagram par exemple, les photos que nous publions nous appartiennent mais l’entreprise est autorisée à les utiliser et à laisser d’autres personnes les utiliser partout dans le monde. La preuve est que chacun peut enregistrer les photos de qui il veut dans son téléphone. De plus, Instagram peut utiliser et partager nos informations personnelles avec des entreprises liées à Instagram

Facebook et Twitter revendent nos informations personnelles à leurs partenaires sans sourciller.

Et dites vous bien que si vous utilisez tous ces réseaux sociaux sans dépenser un rond, c’est bien parce que vous êtes le produit.

 

  • Les risques réels des réseaux sociaux

 

L’âge minimum requis pour s’inscrire sur Facebook est de 13 ans mais la plupart du temps cette règle n’est pas respectée. Prenons l’exemple de Choupii de Port-Bouet, une jeune adolescente qui a défrayé la chronique. A l’origine, des photos d’elle et son petit ami dans une chambre d’hôtel qu’ils ont eux-mêmes publiés sur Facebook. En moins de quelques heures, toute la Côte d’Ivoire était informée de cette histoire.

Obnubilés par la pression et le désir de tout partager certains n’ont même pas conscience des dangers auxquels ils s’exposent. Des photos osées aux affirmations qui peuvent porter préjudice, rien ne s’efface.

Comme je le disais, les jeunes sont les plus vulnérables. Les dangers sont les suivants :

  • Exposition à des contenus choquants. Internet est rempli d’images et vidéos obscènes. Pour des adolescents voire des enfants, cela est très mauvais. Ainsi, ils peuvent avoir accès à du contenu pornographique qui apparaît dans leur flux sans même le vouloir.
  • Arnaques, Usurpation d’identités. Internet est l’endroit préféré des hackers et autres individus mal intentionnés.
  • Humiliation, contenu préjudiciable. Lorsque des photos intimes de vous se retrouvent sur la toile sans votre consentement.
  • Harcèlement, pédophilie.
  • Perte de la vie privée.

Nous conviendrons donc que c’est aux parents de veiller sur leurs enfants en surveillant leur utilisation d’internet. Ils doivent aussi restreindre son utilisation en fonction de l’âge des enfants et les éduquer sur les dangers que représentent les réseaux sociaux.

 

La réponse ?

A mesure que le temps passe, les réseaux sociaux nous envahissent. Ce sont eux nos véritables amis, c’est à eux qu’on parle sinon au travers d’eux. Ils sont les premiers avec qui on partage les bonnes ou mauvaises nouvelles. De par leur intrusion et cette capacité à nous pousser à être toujours connectés et à susciter ce désir de tout partager, nous pouvons dire que les réseaux sociaux vont trop loin. Alors que ce n’est que le début..

Mais Les parents sont sensés contrôler ce que font leurs enfants, et les jeunes et adultes sont eux conscients et responsables de de leurs actes.

Alors au fond pouvons-nous vraiment critiquer les réseaux sociaux ou sommes nous les seuls responsables de par l’utilisation que nous en faisons ?

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *