Stella Attiogbe

Une si longue lettre de Mariama Bâ

Une si longue lettre de Mariama Bâ

Genre : Roman

Pages : 131

Oeuvre intemporelle, encore d’actualités aujourd’hui. Oeuvre classique et simple. C’est sûrement la raison pour laquelle, ces lignes écrites dans Une si longue lettre par Mariama Bâ résonnent encore aujourd’hui, si fortement, dans cette société africaine et partout dans le monde.

Une si longue lettre, c’est une série de lettres, entre deux amies que nous allons découvrir.

C’est l’un des romans les plus connus ici, sous nos cieux africains. C’est un cri de coeur, pour informer, pour dénoncer ou tout simplement pour exprimer les souffrances et le ras de bol de ces épouses trahies, trompées et abandonnées. 

Parlons de l’oeuvre

Ramatoulaye écrit plusieurs lettres à son amie d’enfance Assetou. Elle y raconte ainsi leurs aventures de l’école primaire jusqu’à ce qu’elles deviennent des adultes et épouses. Elles sont maintenant séparées par la distance. Ramatoulaye a vécu le pire dans sa vie de femme africaine et ressent le besoin de coucher sur du papier sa douleur et de se confier à Assetou.

Après 25 années de mariage, Modou Fall, l’époux de Ramatoulaye décide de prendre une seconde femme. Sans en informer son épouse, il se marie à une jeune fille de moins de 18 ans qui est de surcroît la meilleure amie de sa fille.

Elle doit alors faire face à l’humiliation, aux railleries et moqueries, mais surtout à l’abandon de son époux. La mort brutale de ce dernier, est l’élément déclencheur. Cela la pousse à confier sa douleur. Mais aussi son veuvage et son quotidien à sa meilleure amie de longue date

Mon avis sur Une si longue lettre

C’est indiscutable que Mariama Bâ a su décrire avec réalisme et brio le sort réservé à la femme africaine musulmane. La polygamie étant autorisée, les épouses n’ont souvent aucun avis à émettre. Comme c’est le cas ici pour Assetou et Ramatoulaye, les deux compères. La première a vu sa belle-mère, qui n’a jamais accepté son union avec son fils, venir s’installer avec une de ses nièces sous le toit conjugal. Elle finira par convaincre son fils de prendre cette dernière comme seconde épouse.

L’une des choses qui révolte ici, c’est que la femme délaissée n’a pas le droit de protester. Elle est même encouragée par la société à « accepter » de partager son époux avec une autre femme. Mais au travers d’Assetou, Mariama nous brosse aussi le portrait d’une femme forte qui refuse de subir et de se laisser dicter sa conduite. Blessée dans son amour de femme, et armée de courage elle quitte son foyer avec ses quatre fils pour recommencer une nouvelle vie.

Peut-être que c’est ce courage qui a manqué et qui continue de manquer aux femmes qui est utilisé pour les soumettre et leur faire accepter des conditions peu valorisantes.

CONCLUSION

Il est vrai que le thème central du roman est la condition de la femme africaine et sa place dans la société. Mais l’auteure évoque aussi les mariages forcés, le manque de droits des femmes et les questions de partage d’héritage.

Mariama Bâ a produit une oeuvre importante en traitant d’un sujet sensible qui lui tenait à cœur. Et chaque femme est invitée à se questionner et se lever pour revendiquer ses droits.

Je vous encourage vivement à lire ce livre qui est touchant, réaliste et sans défauts.


Le monde s’effondre avec Chinua Achebe

Je vous présente aujourd’hui, l’un des romans préférés de ma mère. Elle le cite à chaque occasion qu’elle a, lorsqu’elle est énervée, triste, étonnée, ou contente. Bref. Elle a tellement parlé de cette oeuvre et de son auteur pendant mon enfance que j’avais l’impression de l’avoir déjà lue.

Chinua Achebe (1930-2013) est un auteur nigérian qui est surtout connu pour son tout premier roman « Le monde s’effondre ». Il a été un écrivain engagé s’exprimant ainsi sur le colonialisme et les valeurs traditionnelles de l’Afrique souvent bafouées.

Une chose est sûre, l’oeuvre dont nous allons parler aura su traverser le temps et les années.

Le monde s'effondre de Chinua Achebe
Chinua Achebe, Le monde s’effondre

Parlons de l’oeuvre

Chinua Achebe plante le décor dans un village appelé Umuofia, rappelons que nous sommes dans la pure tradition africaine, bien avant la colonisation. On y découvre Okonkwo, un homme robuste, ayant trois femmes et qui semble avoir réussi, socialement parlant. Il fait partie de l’élite, ces hommes qui sont admirés et respectés.

Okonkwo est strict et sévère, pour lui un homme doit être fort et ne montrer absolument aucun signe de faiblesse. Son père, représente pour lui l’échec. Et pour éviter de finir comme lui, il se construit une carapace et ira jusqu’à commettre plusieurs fois, des choses irréparables.

Le thème central du roman qui est le clash entre culture africaine et occidentale (colonisation si vous préférez) est amené bien plus tard dans les pages. On y découvre d’abord le quotidien des villageois entre travaux champêtres et récoltes, entre fêtes de réjouissance et guerres de tribus, entre divinités et mauvais esprits.

Le nuage occidental viendra s’y glisser tout doucement, de même que la déchéance d’Okonkwo. L’un comme l’autre aurait pu être évité. Mais l’auteur fait resurgir cette question sur la fatalité qui demeure : est’ce qu’un homme ou un peuple peut échapper à son destin ?

Mon avis sur le monde s’effondre

Avec ce livre, j’ai pu me glisser dans ce qui aura été la vie de mes ancêtres bien avant la colonisation. On y découvre une organisation fortement patriarcale. Là où l’homme porte tout seul le poids de la famille. Où il n’a pas le droit de se montrer faible. Notre héros Okonkwo va abuser de cette prescription. N’ayant pas eu de père modèle, il fait tout pour ne pas être comme lui. Mais il finira par être un bien mauvais père pour ses fils.

Tout part de là, Okonkwo s’est fait tout seul. Il a donc cette rage de prouver à tout le monde qu’il est un homme , un vrai. Et qu’il mérite sa place au sein de la tribu et bien plus encore.

Cette obsession qu’il a de vouloir devenir chef à tout prix le conduit sur un chemin sombre. Il commence d’abord par Ikemefuna, ce jeune garçon qu’il recueille chez lui et qui finit par le considérer comme son propre père. Okonkwo n’hésitera pas à blesser cet enfant, et pour moi c’est le début de sa fin.

Etant si près de son but, il est ensuite chassé de son village pour un outrage commis en un jour sacré. Pendant son exil, les colons débarquent peu à peu dans les villages voisins avec leur nouvelle administration et leur réligion. Okonkwo, n’étant pas homme à se laisser faire se révolte.

Il finira par retourner dans son village, combattre l’envahisseur pour ne plus en ressortir. Okonkwo a refusé de lâcher prise, et finalement, c’est pour lui que le monde s’est effondré, bien avant les autres.

Conclusion

Le monde s’effondre de Chinua Achebe est à la hauteur de sa renommée et ce fut un réel plaisir de le lire. J’en ai appris sur l’Afrique et sur cette époque pré-coloniale. J’ai découvert une culture riche, que nous Africains, avons tort de ne pas mettre en avant.

Je vous recommande ce livre sans hésitation.


Linguere Sara Le voyage d’une vie de Béatrice Bernier-Barbé

Le livre d’aujourd’hui a une histoire un peu spéciale. Comment vous dire, je n’ai pas choisi ce livre, il est plutôt venu à moi. Après un échange avec son auteure, « Lingue Sara le voyage d’une vie » a atterri dans ma boîte mail. Moi qui d’habitude me laisse guider par ma petite voix intérieure pour jeter mon dévolu sur un livre, cette fois-ci, j’ai dû faire confiance à l’univers et ses signes. Et je ne regrette absolument pas de l’avoir fait.

Le livre fait 250 pages en format papier et tenez vous bien, 575 pages en version Ebook et est paru aux Editions du Net. J’ai failli en être éffrayée mais Béatrice Bernier-Barbé m’a rassurée, « Il se lit vite » m’a t-elle dit.

PREMIERE DE COUVERTURE SARA LINGUERE
Linguere Sara Le voyage d’une vie de Béatrice Bernier-Barbé

Parlons de Sara , l’héroïne

Alors je me suis plongée dans ce roman avec une très grande curiosité. J’avoue que le début était un peu flou et je ne voyais pas où l’auteur allait. Mais après les deux premiers chapitres, je ne pouvais plus m’arrêter. Je ne sais absolument pas par quelle magie, mais la lecture de ce livre coule de source. Elle est fluide. Sans s’en rendre compte, les pages, ainsi que les heures défilent. Je crois que c’est le livre que j’ai le plus rapidement lu cette année.

Les lignes nous livrent la vie de Linguere Sara, petite princesse d’origine française qui passe son enfance et son adolescence en Afrique. Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal, Sara y vivra, accompagnée de ses parents forcés à être des baroudeurs à cause du travail.

Petite fille extravertie, son enfance est gaie et tranquille jusqu’au drame subit par sa mère, Raphaêlle, qui la marquera à vie de séquelles qui ne disparaîtront plus.

Sara, c’est aussi une adolescence à 100 à l’heure après avoir réussi à surmonter son mal être. C’est une vie d’insouciance, une vie du juste nécessaire avec des notes scolaires plus pour ne pas redoubler qu’autre chose. Heureusement qu’elle a Brice, son meilleur ami avec qui il n’y a pas de faux semblants, qui lui permet d’être juste elle-même.

Finalement, la vie de Sara, tout comme l’histoire centrale du roman commence par son entrée à l’université et son installation en France. Entre cours de communication et cours de lettres, elle y fera la rencontre de Jean. Son beau professeur solitaire avec qui elle nouera une relation étrange de plus de 7 ans. Jean apparaît soudainement et rajoute des couleurs à la vie de Sara. Mais il cache bien des choses.

Mon avis sur Sara linguere, le voyage d’une vie

Ce que j’ai adoré dans ce roman, c’est sa diversité. On y trouve de belles citations, des poèmes qui vous touchent l’âme, des dialogues profond avec un être du passé et tout ce magnifique récit qui n’en finit plus de vous séduire.

On s’y retrouve facilement dans ce roman et les chapitres s’imbriquent les uns aux autres avec des mots qui ont été choisis comme sur mesure. Il n’y a pas trop d’ajouts et le portrait de Sara est très réaliste. Je me suis même dit à certains moment, que l’auteure la connaissait un peu trop.

J’ai aimé le réalisme de l’œuvre. Ce n’est pas un de ces romans à l’eau de rose, non, l’eau est tantôt claire, tantôt trouble. Lorsque Sara va voir une diseuse de bonne aventure, Madagali qui lui explique ce que sera sa vie, on pense connaître la fin du roman.Mais c’est loin d’être aussi simple. Je m’attendais à ce que ça soit des aventures  joyeuses d’une jeune fille qui se découvre. Mais c’était plus que ça, le récit d’une vie, sinon de plusieurs.

J’ai aussi aimé ces bonds en avant. Comme la première fois, 7 ans plus tard où on découvre que Sara a terminé ses études et est maintenant psychologue.

Conclusion

Le roman met en lumière plusieurs tristes réalités de nos sociétés. Les relations toxiques qui conduisent à des abus et même des meurtres, la dépression et les adolescents tourmentés qui rencontrent des problèmes familiaux ou qui sont victimes d’harcèlements que personne ne semblent prendre en compte.

J’ai aimé être choquée, surprise par la tournure des événements. L’auteure a fait fort car rien ne laissait prévoir cette vie qui attendait Sara. Mais on se rend compte que tout est logique et sans hasard.

Sara au final est bien plus qu’une princesse, c’est une guerrière. Elle trouvera, la force de s’accrocher à la vie tant de fois, de continuer. Elle puisera cette ressource dans ses rencontres hors du temps avec l’archange, cette autre partie d’elle qui aura au final, su la guider vers sa destinée. Je vous recommande ce livre et vous invite à le découvrir ici

Je me demande si c’est une vraie histoire. Qu’en pensez-vous ?


Comment se remettre à la lecture?

Ne faites pas attention à tous ces gens qui lisent au moins quatre livres par mois (moi). Vous avez l’impression qu’ils vous narguent et que vous n’arriverez jamais à leur niveau. Mais oubliez-les un peu et concentrez-vous sur vous. Jusqu’à preuve du contraire, personne ne naît en étant un grand fan de lecture, je n’ai pas encore vu un bébé naître avec un livre…Bref, vous aussi vous pouvez devenir un bien meilleur lecteur, en respectant peu à peu, les étapes suivantes.

1. Choisis le bon livre

Pose toi d’abord ces questions : 

Veux-tu lire pour te divertir ou pour apprendre de nouvelles choses ? 

Es-tu à la recherche d’évasion ? 

Y’a t-il un domaine qui t’intéresse particulièrement ? 

Réponds à ces questions et ensuite, mets toi en quête du livre. Pas besoin d’en acheter un nouveau, prends ce livre qui traîne dans tes affaires depuis plusieurs mois. Tu peux aussi en emprunter un ou le télécharger.

  2. Établis ton plan de lecture

Identifie d’abord ce qui occupe le plus de ton temps libre : la télévision ? Netflix ? Whatsapp ? Les réseaux sociaux ? 

  • Définis un temps minimum pendant lequel tu liras chaque jour ( 20 min, 3O min, 1 heure). Ensuite, réfléchis à comment est-ce que tu pourras répartir ces différentes minutes tout au long de la journée. Par exemple : pendant ta pause, lorsque tu es dans les transports en commun. Si tu penses ne pas avoir de temps pour lire, essaie de lire à chaque fois que tu es sur les réseaux sociaux.
  • Favorise comme temps de lecture ce moment où tu te retrouves le soir dans ton lit après avoir terminé ta journée. Tu peux juste lire 10 minutes chaque soir avant de t’endormir.
  • N’hésite pas à laisser tomber un livre qui t’ennuie ou qui ne te parle pas du tout. Varie tes lectures, que ça ne soit pas tout le temps des livres intellectuels. Lis aussi pour t’évader.
  • Trouve toi un partenaire de lecture ou rejoins un club de lecture.
  • Trouve un endroit calme qui sera immédiatement associé à ton temps de lecture dans ton cerveau. Éloigne-toi aussi de tout ce qui te distrait facilement ( notifications, téléphone etc…)

3. Prends ton temps

  • Il faut prendre son temps pour lire. Ce n’est pas une course contre la montre, alors on ne précipite pas et on y va à un rythme normal, qui nous correspond.
  • L’une des astuces est de suivre les lignes avec son doigt ( comme on nous l’a appris quand on était enfant), c’est vraiment efficace.
  • On peut aussi utiliser un marqueur, un carnet pour prendre des notes. Ou des post-it pour mettre en avant ou souligner des phrases ou passages marquants. Il faut aussi garder un dictionnaire juste à côté, parce qu’on découvre toujours, à coups sûrs, de nouveaux mots.
  • On n’hésite pas à relire un passage ou une phrase qu’on a pas bien compris. Deux ou trois fois s’il le faut. Lire à haute voix est tout aussi recommandé.
  • A la fin des 10, 15 minutes ou une heure, se faire un petit résumé solo, avecses propres mots de ce qu’on vient de lire.

4. Lis de manière critique

C’est quelque chose qu’on apprend et qui permet d’ouvrir l’esprit et de vraiment réfléchir à plusieurs aspects concernant le livre.

  • Faire des petites pauses mentales lorsqu’on lit et se poser des questions du genre : “qu’est ce que l’auteur essayait de dire”, “pourquoi on aime pas tel personnage”, “qui pourrait être le meurtrier” “qu’est ce que ce chapitre vient ajouter à l’histoire”
  • Réfléchir à ce qui fait qu’un livre est bon, plus qu’un autre. Se demander si l’auteur aurait pu mieux faire, si certains chapitres étaient incohérents. Ou encore, pourquoi certains livres vous accrochent plus que d’autres ou vous font plus voyager.

Cet exercice est totalement subjectif et fait appel à votre sensibilité de lecteur.

5. Astuces pour lire en tout temps et partout

  • Varie les formats avec les e-book ou les livres audios ( même si je n’en suis pas fan). Mais il n’y a aucune différence entre eux et les livres en papier donc faites vous plaisir.
  • Télécharge des livres sur ton téléphone et lis-les ! En même temps, tu le trimballes partout, autant le mettre à contribution. Il est moins lourd et moins encombrant que ces bons vieux livres en papier.
  • Avoir toujours un livre dans son sac pour les longueeees attentes et synchroniser tous ses appareils histoire d’avoir ses livres, peu importe l’appareil qu’on utilise.
  • Achète toi une bonne liseuse électronique, attention placement de produits. Mais la Kindle de Amazon est super top; elle est waterproof , à encre et la luminosité est parfaite. 

6. Réseaux sociaux ? Lecture sociale ? 

  • On n’hésite pas à s’organiser en petit comité de lecture ou à créer un club de lecture avec ses amis pour vivre à fond cette expérience.
  • On peut aussi suivre ses auteurs préférés sur les réseaux sociaux et discuter avec eux ou d’autres fans
  • Et finalement,  on parle de ses lectures, découvertes sur ses différents réseaux sociaux et à tout le monde.

BONUS

Pour aller encore plus loin dans le délire euh la lecture

  • Vous pouvez créer un journal de lecture avec tous les livres déjà lus 
  • Créez un blog et faites des petits résumés sur les livres que vous découvrez en disant pourquoi vous les avez aimés ou pas
  • Lisez plusieurs livres d’un auteur que vous aimez bien pour être incontournable
  • Sortez de votre zone de confort et lisez un peu de tout.

Voilà, et surtout on prend son temps. Si tu as pu lire ce livre dans sa totalité, tu es déjà sur le point de devenir un meilleur lecteur ! 

Source : New-York Times – How to become a better reader