Danser comme si personne ne regardait, c’est comme ça que nous devrions vivre notre vie

Danser comme si… – crédit: Stella Attiogbe

Non, je ne suis pas, de par cette affirmation, en train de vanter et d’approuver une vie de débauche et d’insouciance. Non, loin de là.

Je dis cela pour que nous nous rendions compte de l’importance du regard de l’autre sur notre vie et de la valeur que nous lui attribuons. Importance qui n’a d’ailleurs aucune raison d’être.
Combien de fois avons-nous hésité avant de faire quelque chose qui nous plaisait ? Combien de fois nous nous sommes dit en nous même « qu’est ce qu’un tel ou un tel pensera si je fais ça » ? Avouons le, nous le faisons tout le temps.

Un petit secret

Maintenant, j’aimerais partager un petit secret avec vous : les gens n’en ont rien à faire de ce que vous faites. À moins qu’ils ne soient obsédés par vous et qu’ils tapissent les murs de leurs chambres de vos photos. Honnêtement, qui vous aime jusqu’à ce point ?
Lorsque vous faites quelque chose ou que vous apparaissez quelque part, les gens ne parlent de vous que pendant quelques secondes. Et après ils vous oublient. C’est-à-dire que, pendant que vous vous tourmentez à vous demander ce qu’ils disent sur vous, eux sont déjà passé à autre chose et ont oublié votre existence.
Bien sur, cela n’est pas valable si vous avez fait une sex-tape ou autre chose de ce genre. Là, vous serez le centre d’attention pour quelques jours seulement et vous finirez par être oublié. Mais là n’est pas le sujet du jour.

Croire que tous les regards sont braqués sur nous et que nos moindres actions seront commentées est une peur dont nous devons nous débarrasser. Je dis peur, parce que cela nous empêche d’être nous-mêmes, d’aller là où nous voulons aller et de faire ce que nous voulons faire.

 Quand les autres entrent en scène

Je me dis aussi que peut-être sommes nous soumis aux regards des autres parce que justement nous faisons nous-mêmes ce que nous pensons qu’ils feront.

C’est simple. Nous critiquons les autres, disséquons leurs faits et gestes, nous analysons leurs moindres mouvements, nous les moquons et nous les jugeons. Alors quand vient notre tour d’être à leur place, nous nous disons qu’ils feront certainement la même chose. Après tout on ne récolte que ce que l’on a semé…

Alors, se libérer du poids du regard des autres, reviens à arrêter de nous conduire comme des espions. Arrêter de « regarder «  les autres et de donner notre avis sur tout. En gros, nous devons nous occuper de nos oignons.

Vous voyez cette chose que vous avez envie de faire et qui brûle votre âme ? Vous sentez ce truc qui vous empêche de dormir et qui vous réveille dès l’aube ? Ce truc que vous ferez si vous n’appréhendiez pas le regard des autres et que vous n’aviez pas peur ? Je suis sûre que vous souriez et que vous pensez à quelque chose.

Et bien qu’est ce qui vous retient encore ? Lancez-vous et vous verrez à quel point vous êtes extraordinaires et vous réaliserez que tout ce que vous avez à faire dans cette vie, c’est d’écouter cette petite voix en vous.

 

Se concentrer sur nos pas de danse, sur nos mouvements. Danser au rythme de la musique que nous aurons choisie. Oublier la peur de faire des erreurs ou de tomber parce qu’on aura oublier que les autres nous regardent.

Danser comme si personne ne regardait, s’amuser, c’est comme ça que nous devrions vivre.

Partagez

Auteur

Commentaires

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

Jaime beaucoup cet article car c'est exactement le genre d'attitude que nous devons avoir

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

Jaime beaucoup cet article car c’est exactement le genre d’attitude que nous devons avoir

Eléonore
Répondre

On est tellement focalisé sur le regard approbateur ou non des autres qu'on s'empêche de vivre.

Sakra
Répondre

Très belle article sur un sujet très important. Merci pour cette belle contribution.